Nous

26 JUILLET DANS UNE EGLISE QUELQUE PART EN FRANCE

27/07/2016 - 09:30

Deux semaines après le terrible attentat de Nice, cinq personnes viennent de subir une prise d'otage alors qu'elles priaient dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray près de ROUEN. Trois personnes sont blessées. Le père Jacques Hamel, âgé de 86 ans, a trouvé la mort égorgé par l'un des deux barbares que la Police a abattu.

Nous sommes indignés devant cette effroyable tragédie. Après celle de la fête du 14 juillet, qui visait familles, femmes et enfants, cet acte touche aujourd'hui les chrétiens croyants et pratiquants. Il touche la France en son cœur, ses racines, son  histoire, et sa culture. Il touche notre mode de vie......

Plus que jamais, il nous faut lutter ensemble contre ce terrorisme aveugle, contre toute forme de fanatisme, contre toute forme de haine, qui peut toucher désormais chaque familles de France. 

Familles de France veut apporter son soutien aux victimes et à leurs familles, mais aussi aux secouristes et aux forces de l'ordre exténués, car mobilisés au quotidien pour lutter contre les menaces et les actes terroristes.

Nous voulons témoigner aussi notre solidarité à l'ensemble de la communauté chrétienne, mais aussi des autres communautés religieuses de France menacées. 

Daech cherche à nous diviser au nom des religions. 

Lorsque je vois les réactions de certains politiques qui plutôt que de tenter réunir nos forces, toutes nos forces et de participer à la prise des décisions utiles et efficaces, se fourvoient dans des débats presque irrationnels, mais en tous cas irrespectueux du sort de nos compatriotes, je me pose des questions quand à leur capacité de protéger notre population.

La meilleure réponse à la barbarie, c’est l'union entre les Francais! Suffira t'elle désormais? Il faut maintenant prendre des décisions urgentes et efficaces pour faire cesser ce risque devenu permanent.

Nous ne voulons plus de ces actes effroyables qui se déroulent sous nos yeux, dans nos jardins, dans nos églises, sur nos terrasses de cafés et qui tuent nos enfants, nos prêtres, nos vieillards, nos femmes. 

La France doit vivre, les familles sont prêtes à participer aux actions qui seront décidées ensemble par tous les  partis politiques et les instances dans lesquelles ils siègent. Mais elles ne veulent plus avoir la crainte de voir mourir presque quotidiennement ceux qu'elles aiment.

P CHRETIEN

Président de Familles de France